06 31 74 43 95 contact@ataligne.com

 

Dans notre société hyperactive de plus en plus de comportements excessifs voient le jour, nourris finalement par des vides profonds.

Qu’est-ce qu’un comportement excessif ? Souvent compulsif, il peut se révéler dans différents registres : compulsions alimentaires, sur-entrainement sportif, excès de travail, tendance à une surconsommation d’alcool…mais aussi achats compulsifs de vêtements ou d’objets…

Si ce sujet vous interpelle, je vous invite à prendre quelques minutes pour lire cet article et mieux comprendre les ressorts qui débouchent à ce type de comportements.

1/ Des excès comportementaux qui cachent des vides émotionnels profonds

Vide émotionnelQu’il s’agisse d’aliments, d’alcool, de tabac, d’achats compulsifs d’objets ou de vêtements, de sport, de travail ou pire de drogue…. Tout les excès comportementaux cachent en réalité des vides profonds.

Dans une société hyperconnectée où tout s’agite, tout stresse, ces comportements ont tendance à se renforcer. L’être humain, devenu au fil du temps de plus en plus isolé, se retrouve poussé dans un monde soucieux de performance, de réussite sociale, de gain de temps, d’apparences.

Même si, en interaction permanente avec les technologies connectées, il se retrouve en réalité bien souvent seul, en quête d’appartenance à un groupe, en quête de reconnaissance. Il peut souffrir d’ennui dans sa vie quotidienne voire d’agressivité refoulée nourrie d’échanges non constructifs avec son entourage personnel ou professionnel.

Ces quêtes sont donc le reflet de vides émotionnels profonds qui génèrent des insatisfactions menant aux frustrations, à une forme d’instabilité psychologique, poussant à vouloir les combler à tout prix.

Pour autant, ces comportements excessifs ne soulagent pas.

Une fois accomplis, ils ne remplissent pas le « vide émotionnel initial ». Ils nourrissent en réalité une forme de dépendance transitoire. Or, toute dépendance met en œuvre un système cognitif vicieux : le circuit de la récompense. En ressentant un plaisir transitoire par la libération de neurotransmetteurs, le cerveau humain a envie de ressentir de nouveau cette sensation agréable…Et donc de reproduire l’expérience pour ressentir plus vivement les effets plaisants.

Ces comportements ne sont donc pas une solution (en)viable à adopter. Ils conduisent à terme à de l’addiction dont il est important de prendre conscience pour pouvoir réagir. Dans le cas contraire, ils se tranforment en cercle vicieux.

Une équipe de chercheurs de l’INSERM a d’ailleurs démontré en 2019 qu’un excès de sport, tout comme un excès de travail, induisait une baisse de l’activité du cortex pré-frontal, jouant un rôle majeur dans les émotions et les troubles du comportement. Les résultast observés : une chute des performances, une impulsivité, une incohérence dans les décisions prises et le fameux « burn-out ».

Les excès dans les domaines personnels ou professionnels peuvent donc être grave de conséquences.

Afin de sortir réellement et durablement de ses comportements excessifs, il est important, plutôt que de vouloir les ignorer, de rechercher la source profonde qu’ils comblent pour trouver les actions à mettre en place.

En apprenant à se connaitre, à découvrir ses besoins non comblés, on se donne la chance de prendre soin de soi, d’avancer et de progresser.

2/ Prendre le temps de se connaitre pour combler ses besoins et ses vides intérieurs

Prendre le temps

L’être humain est complexe et, s’il suffisait de se demander de quoi il a besoin pour résoudre son problème cela serait simple et rapide !

En réalité, la personnalité de chacun est nourrie de :

  • Valeurs personnelles, propres à chacun, bien souvent méconnues car non identifiées.
  • Croyances, vérités transmises par l’éducation des parents ou de « mentors » rencontrés dans sa vie.
  • Limites mises en place au cours de son histoire personnelle, pouvant se révéler bloquantes pour évoluer.
  • Besoins générés la plupart du temps par des valeurs mal connues et mal nourries, c’est-à-dire non prises correctement en compte.

Grâce au coaching de vie, toute personne voulant évoluer et travailler sur elle-même découvre ses quatre dimensions. Elle prend conscience, au fur et à mesure du travail d’introspection, de qui elle est en profondeur pour mieux combler ses vides quand elle les a identifiés grâce au dialogue avec le coach.

En toute bienveillance, le coach par son questionnement permet au coaché de se regarder dans le miroir, en toute réalité, sans fard.

C’est en conscientisant ses besoins, que toute personne coachée peut alors décider de mettre en places des actions pour elle-même et ainsi se sortir d’un cercle vicieux bloquant.

Bien évidemment, selon l’état du besoin non comblé et la profondeur du vide ressenti, un accompagnement parallèle mené par un psychologue pourra se révéler nécessaire.

Pour rappel ou précision, la déontologie du coach ne lui permet en effet pas de se substituer à un accompagnement psychologique, si le trouble se révèle pathologique.

L’hypnose pourra également être utile en cours de coaching, comme une aide pour une « sortie » du cercle vicieux, allant travailler sur le subconscient et la mémoire profonde, stockée.

Pour identifier vos besoins non comblés, il sera nécessaire d’aller investiguer vos champs d’insatisfaction !

Comme vous l’avez compris à la lecture de cet article, toute insatisfaction, génératrice de frustration, cache vos besoins non comblés qu’il s’agisse de :

  • votre sécurité (stabilité d’emploi, sécurité financière, stabilité familiale, logement sécure…),
  • votre appartenance (à un groupe, à un couple, à une équipe…),
  • votre reconnaissance (par vos pairs, votre entourage) pour nourrir votre estime de vous
  • votre accomplissement personnel (épanouissement dans un registre plus large que le besoin purement personnel : temps consacré aux autres ou à des missions de façon totalement désintéressée par exemple)

Il sera important que vous identifiez :

  • Pourquoi ce besoin est si important à combler pour vous ?
  • Que raconte-t-il sur vous ?
  • Quand est-t-il apparu ? Quelle est son origine profonde ?
  • Quelle souffrance génère-t-il chez vous ?

Autant de questions qui vous aideront à mieux prendre ensuite des décisions pour vous « guérir » et progresser.

Le choix d’un coaching de vie est une solution très aidante pour avancer. Comme vous le voyez, il nécessite d’être prêt(e) à se questionner, à prendre le temps pour le faire et à trouver la motivation nécessaire pour aller chercher les sources profondes de son vide intérieur.

Dans mon accompagnement, j’encourage toujours les coachés à réfléchir à leurs motivations profondes. En effet ce travail ne se fait pas en quelques minutes ou quelques heures. Il faut un investissement personnel réel pour affronter ses besoins, ses vides et ainsi avancer pour progresser. Grâce à cela, le travail obtenu est constructif et positif pour la personne qui le mène. Elle en ressort riche de ressources personnelles identifiées.

Vous ressentez que vos comportements excessifs masquent des vides ? N’hésitez pas à me contacter ! Je serai contente d’échanger avec vous pour faire le point et voir comment ATALIGNE peut vous aider à vous sentir plus aligné(e) et comblé(e).