06 31 74 43 95 contact@ataligne.com

Lien d’écoute vers le podcast 

https://open.acast.com/public/streams/6307af34caa1d900140a4f06/episodes/630e4b9db373f60012b1e24f.mp3

Nombreuses sont les personnes qui croient au hasard et à la puissance du destin…

Face aux enjeux du quotidien, une partie justifieront de leur réussite par une « bonne étoile » quand d’autres se lamenteront sur un « sort » définitivement ligué contre eux…

Et si au fond tout cela n’était qu’une idée reçue ?

Et si finalement derrière ce hasard, bien pratique à évoquer, ne se cachaient pas

  • un état d’esprit négatif
  • et une sorte de conditionnement plus profond, liés aux croyances, source de comportements répétitifs et pas toujours très positifs ?

Vous voulez mieux comprendre vos croyances ancrées et leurs impacts sur vos comportements ?

Suivez-moi, je vous en dis plus dans ce podcast consacré cette semaine à « Et si rien n’arrivait au hasard »

1/ Nos comportements, le fruit de nos « conditionnements » passés

Face aux situations et événements du quotidien, de nombreuses personnes justifient de ce qui leur arrive par une sorte de « destinée » ou tout simplement l’effet du hasard.

En travaillant sur soi, en acceptant de replonger et d’analyser son chemin de vie, on réalise à quel point les comportements et les choix de la vie d’adulte sont, en réalité, le fruit d’un conditionnement plus ancien :

  • En premier lieu celui de l’éducation parentale, remplie d’amour, d’encouragements mais aussi parfois nourrie d’inquiétudes, de stress et d’injonctions diverses : « Tu dois réussir », « Tu seras cadre dirigeant plus tard », « Je n’ai pas réussi à faire des études alors tu en feras »…
  • Suivi par les messages d’autres référents rencontrés sur son parcours étudiant, sa vie professionnelle ou sa vie sociale

Toutes ces petites phrases entendues et faites vérités siennes sont ce qu’on appelle les croyances. Si certaines sont très positives et permettent d’avancer « protégé(e) » et de façon optimiste, d’autres sont parfois bloquantes, limitantes, « enfermantes » dans des schémas répétitifs et négatifs :

  • « Je ne suis pas assez aimable » donc je « rate toutes mes relations amoureuses »,
  • « Dans la vie, il faut travailler pour gagner sa vie et c’est tout » donc je « travaille dans un secteur qui ne me convient pas mais peu importe je poursuis, le travail ne rime de toute façon pas avec plaisir »
  • « Je ne suis pas douée pour apprendre et faire des études supérieures » donc je « m’auto-limite dans mes apprentissages »

Nombreuses de ces petites phrases entendues trop tôt ont ainsi forgé l’être que nous sommes devenu. Même s’il faut savoir en tirer des richesses, des ressources, il faut aussi être en capacité de leur tordre le cou pour sortir de comportements en boucle, de cercles vicieux destructeurs pour soi et parfois pour les autres autour de soi.

Pour le faire il faut pouvoir les affronter, les conscientiser, ne pas se cacher derrière un « fait de hasard » et assumer sa part de responsabilité dans ce qui arrive dans son quotidien :

  • Ma relation amoureuse n’a peut-être pas marché mais quelle était mon attitude au quotidien ? Pourquoi ai-je choisi cette personne ? Quelle image me renvoyait-elle ? En quoi me confortait-elle dans ma perception ?
  • Mon travail ne mérite-t-il pas que je m’y épanouisse quand il occupe a minima sept heures de mes journées ? Qu’est-ce que je recherche au travers de mes actes professionnels ? De l’appartenance à un groupe ? De la reconnaissance plus profonde ?
  • Qu’est-ce qui me fait dire que je ne suis pas en capacité d’apprendre ? Mon cerveau est fonctionnel alors qu’est-ce qui me bloque véritablement dans l’apprentissage ? Est-ce que je ne suis pas motivé(e) par la matière, la voie choisie ? Ne dois-je pas réfléchir à une matière ou à une voie qui m’appelle, me révèle et me fait réellement vibrer au quotidien ?

Autant de questions propres à chacun(e) et qui doivent s’adapter au contexte, au chemin de vie spécifiquement vécu pour mieux éclairer qui l’on est au fond de soi et mieux comprendre ses comportements au quotidien, notamment quand ils sont négatifs pour soi-même

2/ Faire face et communiquer avec son subconscient

La prise de conscience de ses croyances n’est pas un travail aisé, elle demande un accompagnement bienveillant pour mieux y faire face. Parfois les prises de conscience face à la réalisation et les sources de ses comportements ne suffisent pas à les modifier de façon tangible, même si la bonne volonté est là.

En cela le coaching de vie, qui aide en amont à mieux se connaitre au travers de la compréhension de son passé, est riche et fort de sens.

En réalité c’est notre fameux subconscient, siège de notre mémoire stockée et puissant commandant de bord qui nous fait avoir des comportements récurrents, répétitifs par rapport à ce que nous avons vu, entendu, vécu de façon « marquante ».

Alors comment intervenir ? L’hypnose, et notamment tout l’accompagnement en hypno-coaching est une puissante aide pour aider à débloquer, dépasser ces cercles vicieux, en venant communiquer avec le subconscient pour le « reprogrammer » positivement.

Logiquement intégrée aux séances classiques de coaching, l’hypnose peut venir libérer ces blocages limitants profonds.

Il est alors possible de

  • Retrouver de la confiance en soi
  • Renforcer sa capacité à mettre des limites aux autres
  • Travailler sur ses addictions bloquantes
  • Dépasser ses conflits intérieurs
  • Renouer avec l’enfant meurtri au fond de soi
  • Modifier ses perceptions négatives de l’existence…

L’hypnose est extrêmement puissante, et même si vous ne vous sentez pas « réceptif » à cette approche de prime abord, des séances peuvent être mises en œuvre, à partir du moment où vous avez envie d’essayer et que vous identifiez ce qui vous fait réellement peur dans cette approche !

Comme pour toute approche de coaching, la motivation, la responsabilité personnelle sont des maitre mots à avoir en tête quand vous souhaitez vous lancer dans ce type de travail de développement personnel.

L’idée de départ est que vous réalisiez que vous avez toutes les clés et ressources en vous pour réellement vous en sortir et que votre auto-sabotage ne soit plus excusé par un quelconque hasard de la vie !

Acceptez de sortir de votre zone de confort, interrogez-vous et lancez-vous : seule l’action mène quelque part !

L’inertie et le fatalisme ne mènent qu’à un mal-être profond bien mal justifié !

Il n’est pas évident de travailler seul(e) sur ses croyances et surtout sur son subconscient. Besoin d’aide pour vous accompagner et aller plus loin ? Je suis là pour vous !

Je vous retrouve la semaine prochaine avec un nouveau contenu à découvrir !

D’ici la bonne semaine et surtout restez à l’écoute de « En ligne » le podcast d’ATALIGNE »