06 31 74 43 95 contact@ataligne.com

Lien d’écoute vers le podcast 

Vous avez peut-être parfois la sensation de tout prendre en charge, de vous occuper sans cesse des « besoins » des autres en vous oubliant au passage…

Il est important de prendre du temps de qualité pour vous, pour cultiver votre mieux-être et résister à la pression du quotidien !

Vous voulez savoir pourquoi et comment, alors suivez-moi, je vous en dis plus dans ce podcast consacré cette semaine à « Prenez du temps pour vous »

Le besoin physiologique de récupération

Tout individu a besoin d’une récupération après une phase de travail, qu’il soit intellectuel ou physique, selon le modèle « travail- récupération » décrit par les chercheurs universitaires Meijman et Mulder.

Sans récupération, l’organisme est soumis à un stress et à une fatigue qui s’accumulent et viennent impacter :

  • La capacité d’attention
  • L’aptitude à planifier des tâches
  • Les performances physiques
  • La capacité à absorber le jour suivant les contraintes de la vie personnelle et professionnelle
  • Les relations émotionnelles et leurs influences sur l’horloge biologique interne
  • La motivation sur le long terme

Si l’être humain ne parvient pas à marquer des pauses dans son rythme, il s’expose à un manque profond d’énergie suivi très rapidement d’une sensation d’épuisement émotionnel.

Puis la sensation de dépersonnalisation et la réduction de son accomplissement personnel l’amènent au fameux burn-out.

Tout individu doit donc impérativement respecter son cycle « effort – récupération – effort ». Sans cela il ne pourra pas se remettre et « repartir » correctement pour atteindre de nouveaux objectifs.

La fatigue mentale, contrairement à une fatigue physique qui peut disparaitre après une bonne nuit de sommeil, mettra du temps à s’estomper avec de lourdes conséquences.

Le stress vécu différemment par chacun d’entre nous

Tout individu dans son quotidien, peut et doit être soumis à un stress qui le stimule.

A la base le stress reste une réaction biologique à un évènement extérieur qui est une source nécessaire d’adaptation par rapport aux difficultés quotidiennes.

Ce qui est variable, c’est l’intensité du stress et la chronicité vécue par rapport à ce dernier

  • en fonction de son quotidien,
  • de sa personnalité,
  • et de sa capacité à gérer les situations sur le long terme.

La psychologie positive a d’ailleurs démontré que les personnalités aux profils « optimistes » et « extravertis » se révélaient plus résistantes à l’épuisement émotionnel que des profils « pessimistes » et plutôt « introvertis ».

Apprendre à se connaitre est une aide pour mieux réagir au quotidien!

Pas de panique l’optimisme se travaille, il est donc un bon moyen pour mieux affronter le quotidien et prendre des temps de qualité pour soi!

C’est une chose que se sentir mal dans son quotidien, mais c’en est une autre que d’accepter de voir les choses telles qu’elles sont pour réagir et agir.

Sans conscience ni volonté personnelle, les situations de stress et de tensions peuvent perdurer dans le temps, sans solution évidente.

Il est important d’accepter que prendre du temps pour soi est la seule solution pour :

  • reconstituer ses réserves d’énergie
  • se sentir bien avec soi-même et s’accorder l’estime nécessaire
  • être en mesure de faire face à ses responsabilités quotidiennes sans se sentir seul(e) et sans ressource !
  • ne pas ou ne plus souffrir de maux psychologiques et physiques pouvant mener au burn-out et à la dépression de longue durée.
  • une fois ce postulat accepté, il est essentiel de prendre conscience de son état mental et physique:
    • quel est son degré de fatigue
    • quel est son niveau de stress
    • quels sont les symptômes les plus présents (mentaux, physiques, subjectifs)
    • quelles sont les émotions les plus intenses en cette période.

Ne pas réussir à prendre du temps pour soi, en considérant les autres et l’interaction avec son environnement extérieur comme plus importants, relève du manque de respect pour soi-même.

Ne pas se respecter, c’est nourrir des insatisfactions, des frustrations et un temps de mauvaise qualité donné aux autres par la même occasion.

Réfléchissez-y pour prendre du recul sur votre propre situation.

Si vous nourrissez votre mal-être, vous impactez :

  • Votre qualité de vie : angoisse et renforcement du stress, manque de concentration et oublis, impression de déphasage, lassitude, troubles physiques pouvant conduire à la dépression à terme (insomnie, troubles digestifs, mal-être généralisé, baisse de vos défenses immunitaires, troubles cardio-vasculaires)…
  • Votre qualité relationnelle: irritabilités, tempête émotionnelle, conflits voire isolement par rapport à votre environnement …
  • Votre perception de vous-même : perte de confiance et d’estime de vous, posture de soumission en reniant davantage vos besoins personnels, développement d’idées noires avec projections négatives (pouvant mener au pire).

Il n’est jamais trop tard et il est possible d’agir pour éviter de telles conséquences.

Comment réussir à lâcher prise et à prendre du temps pour soi au quotidien

Pour réussir à lâcher prise, et prendre conscience de la situation, il faut apprendre la prise de recul qui aide à faire ce pas en arrière pour devenir observateur ou observatrice en sortant la tête du guidon.

Pour le faire, voici quelques pistes utiles :

  • se placer en posture responsable et active en prenant conscience de son état et de ses besoins personnels.
  • dresser l’état des lieux et reconnaitre son état de fatigue, son besoin de récupération est essentiel à ce niveau avant de craquer.
  • avoir la motivation de changer réellement sa routine quotidienne car une profonde remise en question de son mode de fonctionnement est nécessaire.
  • accepter que « le foyer ou son lieu de travail continue de tourner sans soi » et que tout ne soit pas « parfait » et « idéal » tel que vous le souhaiteriez.
  • cesser de s’adresser des messages harcelant du type « il faut », « je dois »…pour réussir à faire des pauses dans son quotidien.
  • oser exprimer son état à ses proches, et potentiellement avec l’aide d’un coach, d’un psychothérapeute ou d’un médecin si l’état le nécessite.
  • prendre des rendez-vous avec soi-même, de la même façon qu’un rendez-vous incontournable de type médical.
  • faire quelque chose qui plaise réellement à soi-même
  • redéfinir ses objectifs et ses priorités en se plaçant au 1er plan et en repensant sa matrice de temps.
  • accepter de ralentir son rythme pour se sortir de son urgence personnelle.
  • cesser d’attendre de la reconnaissance extérieure, pour se l’accorder soi-même.
  • travailler sa capacité à vivre l’instant présent, en cessant des projections dans le futur ou le passé.
  • chercher le calme intérieur et s’entrainez pour y parvenir.
  • défouler « l’effet cocotte-minute », « trop plein », « saturation personnelle » grâce à l’activité physique qui aidera à libérer le bouillonnement de pensées.
  • travailler sa pensée positive pour changer son prisme et pratiquer la technique de visualisation qui aide à travailler son optimisme sur les situations à venir.
  • ritualiser ces changements, car de nouvelles habitudes à prendre ne se font pas naturellement : il faut de la répétition pour qu’elles s’ancrent dans le temps et soient « intégrées ».

Il n’est pas évident de mettre tout cela en œuvre seul(e). Besoin d’aide pour vous accompagner et aller plus loin ? Je suis là pour vous !

Je vous retrouve la semaine prochaine avec un nouveau contenu à découvrir !

D’ici la bonne semaine et surtout restez à l’écoute de « En ligne » le podcast d’ATALIGNE »