06 31 74 43 95 contact@ataligne.com

Et si profiter du moment présent était une clé du « mieux-être » ?

Dans notre société qui va à 1 000 à l’heure, il est difficile pour beaucoup de personnes de ne pas se projeter, d’imaginer le futur, de planifier leurs « to do lists » pour ne pas se sentir débordé(e)s.

A l’inverse, d’autres vivent dans le passé, dans une forme de nostalgie, voire parfois dans la rumination d’actes manqués.

A trop osciller entre futur et passé, le présent ne trouve plus réellement sa place, et il est important de la lui donner.

Si vous avez du mal à vivre le moment présent, je vous invite à prendre quelques minutes pour lire l’article ci-dessous.

1/ Si apprécier le moment présent demandait un peu de lâcher prise

Lâcher prise

Dernièrement, une personne me faisait part de ses angoisses liées à un passé mal digéré et à une peur profonde d’un avenir incertain.

Prise entre son passé et son futur, elle se sentait oppressée et totalement perdue. Elle était incapable de se recentrer sur son présent, sur ses besoins personnels et recherchait une forme de soutien pour retrouver son ancrage dans le présent.

La crise sanitaire a eu l’effet bouleversant de remettre au centre des interrogations pour beaucoup de personnes :

  • les rythmes de vie personnels et professionnels,
  • l’importance des relations interpersonnelles, d’autant plus en période de confinement ou pour certaines, en grand isolement,
  • le besoin d’une qualité de temps à partager avec les leurs.
  • l’importance de prendre un temps rien que pour elles, pour se replacer au centre de l’échiquier de la vie.

A trop courir partout, de nombreuses personnes ont réalisé qu’elles ne savaient plus marquer de pause pour vivre le moment présent et cela les angoissait même profondément.

Profiter du moment présent c’est avant tout savoir se détacher de ses peurs, de ses projections, de ses souvenirs pour vivre l’instant, le « ici et maintenant ».

Pour réussir à le faire, il est nécessaire de travailler un certain lâcher prise qui n’est pas inné chez l’être humain.

Notre cerveau est en effet le premier à nous en empêcher. Il nous emmène sans cesse dans une divagation de pensées permanentes, nourries de nos plus profondes angoisses.

Même si, depuis quelques années, la méditation est très évoquée pour apprendre à lâcher prise, pour tous ceux ou celles qui la pratiquent, il est impossible de ne penser à rien. Nous serions tout simplement en état de mort cérébrale.

L’idée du lâcher prise n’est donc pas de ne plus penser, mais d’accepter de perdre le contrôle un instant et de savourer ce qui se passe tout autour de soi. De l’apprécier réellement au moment vécu :

  • un joli rayon de soleil entre deux nuages et le parfum des fleurs,
  • les chants des oiseaux dans les arbres environnants,
  • les rires d’enfants qui sortent de l’école,
  • ce délicieux chocolat chaud bu avec des ami(e)s,
  • ce câlin avec son enfant ou avec son amoureux(se),
  • cette discussion réellement écoutée ou cet air de musique qui berce les oreilles.

Essayez de prendre le temps de profiter réellement de ces petits moment de vie, en toute conscience de ce qui se passe, et vous verrez cela fait énormément de bien.

2/ Accepter son passé tel qu’il est et ne pas projeter ses peurs sur l’avenir

Ne pas se projeter

Pour de nombreuses personnes il est tout simplement difficile de lâcher prise tant les peurs, les doutes et les angoisses sont présentes dans leur existence.

Le travail sur soi est une réelle aide pour mieux avancer et apprendre à :

  • Accepter son passé : Ce qui est fait est fait, personne ne dispose de baguette magique pour le changer.

Il est donc inutile de ruminer des rancœurs ou de la nostalgie. Le plus important est de savoir tirer des enseignements constructifs et positifs pour soi de ces possibles situations douloureuses ou challengeantes vécues.

  • Laisser venir son avenir : rien ne sert là encore d’imaginer le pire. Le biais cognitif du cerveau étant d’imaginer les risques, il faut savoir éviter de projeter les peurs sur ce qui pourrait arriver, ou en tous les cas mettre un frein à la machine cérébrale quand elle s’emballe.
  • Prendre du temps pour soi et rien que pour soi : savoir écouter ses besoins, comprendre ce qui se cache derrière ses envies, pour finalement être en harmonie et aligné(e) avec soi-même. C’est un peu comme se faire un cadeau à soi-même.
  • Savoir s’isoler de personnes toxiques ou négatives qui peuvent insuffler des messages déstabilisants et n’aideront pas dans la démarche.
  • Être à l’écoute de ses émotions et sensations : quand on a pas pris le temps de s’écouter il est important de se reconnecter à soi et surtout à ses émotions, ses ressentis et ses sensations pour mieux les vivre et les comprendre.

L’écrit peut vous aider à travailler cela et à reconnaitre vos ressentis. Sachez prendre la mesure de l’évolution de vos perceptions en pratiquant le lâcher prise, c’est essentiel pour le ritualiser.

Comme le disait Charles Caleb Colton « le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient ».

Quand les croyances et les limites bloquantes sont trop ancrées, il ne faut pas hésiter à se faire accompagner :

  • les psychologues sont une grande aide pour comprendre les origines du mal,
  • les coachs peuvent aider à faire dépasser vos blocages pour mieux avancer dans la vie,
  • l’hypnose est également un outil que j’aime utiliser pour permettre aux personnes de dépasser leurs blessures ancrées au niveau du subconscient,
  • la sophrologie, grâce au travail sur la respiration, peut aider à dépasser l’angoisse du moment, à prendre du recul et à se libérer un instant du stress et des oppression vécues comme trop étouffants.

De nombreuses solutions existent pour travailler son mieux-être et apprendre à lâcher prise.

Ne restez pas en souffrance si tel est le cas, il suffit que vous trouviez l’accompagnement qui vous convient le mieux.

ATALIGNE est votre « coach mieux-être » : coach certifiée, hypno-coach et sophro-coach je dispose de nombreux outils et techniques pour vous permettre de vous sentir mieux dans votre quotidien. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez que je vous accompagne pour « profiter du moment présent ».